L'école de New haven de droit international

L'école de New Haven de droit international propose une réinterprétation globale et iconoclaste des moyens et des fins du droit international, dont le but doit être l'élaboration d'un «droit international de la dignité humaine ». Cette école de pensée foumit donc au juriste les moyens conceptuels lui permettant d'identifier ou d'inventer et ensuite de recommander les mesures qui concourent à ce but fondamental. Elle nourrit cet intérêt pour les valeurs de sources aussi variées que les policy sciences, les sciences sociales, le contextualisme de Whitehead et le réalisme américain des années trente.

Sans surprise, cette perspective orthogonale à l'esprit positiviste n'a pas facilité l'intérêt de la doctrine française du droit international public, qui est plus centrée sur le fonctionnement interne du système juridique et les liens logiques qui en cimentent les éléments. Cet ouvrage se veut donc une passerelle dans la compréhension d'un pan important de la doctrine américaine.

Ce livre introduit aux différents concepts de l'Ecole de New Haven par trois textes théoriques de W. Michael Reisman, qui livrent aussi en creux un panorama inédit de la doctrine américaine contemporaine. Il illustre ensuite l'intérêt de cette école pour le droit international au gré de neuf contributions consacrées à des défis actuels, qu'il s'agisse des actes juridiques imparfaits, de l'intervention humanitaire, du droit de la guerre, de l'organisation constitutionnelle des Nations Unies, du changement de régime, des droits de l'homme. Cet ouvrage s'adresse autant au théoricien qu'au praticien, tant il illustre le souhait des fondateurs de l'Ecole de New Haven de construire une théorie qui fonde «l'utilisation consciente, délibérée du droit comme un instrument d'action politique ».